Pages Menu
Categories Menu

Posted | 0 comments

Allocations adultes handicapés – blog (Les co-auteurs)

Réflexions sur l’argent (séminaire du 11 avril 2015), Rose Djellil

 

 

Allocations adultes handicapés – Allocations à personnes inadaptées

Aide solidaire aux personnes fragilisées qu’elles soient démunies, perdues, paumées, déconnectées, brisées, lessivées et autres désespoirs.
La société a décidé de leur venir en aide, en leur allouant une somme modique tous les mois, le montant ne dépasse pas le seuil légal de la pauvreté. À peine suffisant pour garder la tête hors de l’eau. Une idée révolutionnaire inscrite dans la constitution, une personne étant dans l’incapacité de se trouver un emploi, l’État se doit de subvenir à ses besoins et de porter secours au plus malheureux, une planche de salut qui les maintient juste sur la ligne de flottaison, on est bien loin du parachute doré, on ne s’offusque pas de l’écart grandissant des possédants, on accepte d’être dépossédés de nos rêves, de nos utopies toutes les humiliations que l’on doit subir pour entrer dans le rang qui a dit que c’était mieux que rien, je crois que c’est moi. Quand à l’attribution c’est le pouvoir d’une commission qui se réunit pour définir les ayants droits un véritable tirage au sort, ou les critères ne sont pas évidents.
Ils en fixent la durée qui varie de deux a cinq ans, j’ai constaté que l’on pouvait vous l’octroyer que pour une année, ceux qui peuvent en bénéficier, doivent s’estimer heureux que la communauté veuille bien les prendre en charge. Les autres vont à la dérive avec ce qui leur reste, le minimum vital (RSA) merci à toi Coluche d’avoir penser à ces gens arrives en bout de course qu’on a pressurisés et jeter à la rue, et ces travailleurs qui n’ont comme horizon que le SMIC, la belle affaire un jour ils viendront grossir les rangs si ce n’est déjà fait On devrait généraliser cette allocation afin qu’elle soit un droit, un recours pour tous ceux qui se trouvent dans la détresse.

Allocations adultes handicapés (AAH) n’est pas sans condition

Allocations adultes handicapés sans cesse renouvelable, on vit sous la menace permanente qu`elle nous soit retirée. Accepter un emploi pour celui qui la perçoit n’est pas un véritable problème, ce qui gène c’est que la posture est la même, la précarité, on n’en sort pas dans les deux cas. Le cumul aurait son intérêt il pourrait améliorer sensiblement la qualité de vie de ceux qui ferait des efforts, la dégressivité n’est pas incitative, surtout par les temps qui court ou trouver un emploi stable et bien rémunéré tient du miracle. On me parle de dignité, la COTOREP n’est jamais venue frapper à ma porte pour me proposer ne serait-ce que le début d’une formation.

Réaction allocation

Je connais des gens qui touchent l’AAH (Allocations adultes handicapés) et qui n’en parlent pas, la honte, le sentiment de vivre au dépend des autres, accepter cette forme de charité n’est pas revalorisant, descendre tout en bas de l’échelle cela équivaut à n’être rien et, si vous passer à travers cette image de vous-même, il est dans certains esprits une malveillance qui prend un malin plaisir à vous y renvoyer, dans le même temps à d’autres niveaux on dépense sans compter pour rémunérer des politiques qui gaspille et se gavent qui sont les véritables assistés, font-ils vraiment leur devoir, qui fixe les tarifs ? Comment stopper leurs appétits démesurés qui coûtent tant à la collectivité. Cette aide qu’on a bien voulu me donner au long court m’a stabilisé et permis d’élever mes enfants, d’avoir une couverture sociale pour les protéger, chaque centimes que l’on m’a versé a été utilisé comme il se doit, je ne me suis pas enrichit d’un sou ma situation reste la même que le jour ou j’en ai fait la demande pas assez pour entreprendre. Essayer de se réaliser avec pas grand’chose c’est déjà ça, j’ai vu des portes se fermer, et la condescendance comme du miel empoisonné. Le travail de masse a reculé alors que le chômage augmente.

L’éducation

La pédagogie sélective ne se souci guère de nos enfants qu’elle laisse à l’abandon traîner dans les cités, les emplois de leur parents si mal payés, la valeur travail s’émiette, elle devient mouvante est instable sans perspective les dégâts peuvent être considérables, perdre l’estime de soi c’est un pas vers le suicide, la violence et vers n’importe quoi et autres.

R.D.

Post a Reply

Filter by date:

to
or