Pages Menu
Categories Menu

Association « L’Abbaye »

 

« L’Abbaye » (association loi 1901) fut en  activité de 1969 à 1986


Ce blog est un travail de réflexion a posteriori, où chacun des acteurs est invité à collaborer.

Liste non exhaustive des « auteurs » de l’Abbaye
en attente….

 

 

L’ABBAYE – 7, rue de l’Abbaye 75006 paris

 

Travail de l’Abbaye

Répondant à des demandes d’assistance et de soins de la part de jeunes marginaux ou exclus, le plus souvent toxicomanes, les différentes unités de travail de l’ « Abbaye » développent leurs activités autour de quatre orientations dans les quartiers Saint Michel-Saint Germain des Prés :

Prévention :

Consultations pour enfants du premier age et leurs parents, dépistage et traitement des troubles relationnels précoces (Centre Médico-psvcho-pédagogique au sein d’une consultation de Protection Maternelle et infantile).
Prévention spécialisée : équipe d’éducateurs de rue et club. Sessions d’information dans les écoles et auprès des parents.

Soins et rééducations :

Centre Médico-Psycho-Pédagogique (C.M.P.P) et Centre Thérapeutique et Éducatif (C.T.E), autrefois dénommé Hôpital de Jour assurent la prise en charge des alcooliques, marginaux toxicomanes et autres exclus qui végétaient sur les quais de la Seine, souvent depuis  plusieurs années. La poursuite des efforts de chaque institution n’a pu se faire que grâce a une astreinte régulière d’explications et de commentaires auprès des habitants du quartier, des responsables de la répression et du maintien de l’ordre, des leaders politiques et spirituels.
Le désir commun ainsi forgé permet de collaborer avec toutes les instances compétentes en matière de soins et d’assistance aux enfants, adolescents et jeunes adultes.

Aide à la réadaptation :

En trouvant une voie possible d’existence, avec une activité régulière qui tienne compte des termes du passé et de l’avenir: atelier artisanal (La Pépinière-Paris), Résidence (Courcelles-La-Roue) et lieu de travail salarié (Le Semoir) avec atelier de sous-traitance, chantiers extérieurs, ferraille et brocante.

Travail direct sur les trames de la société :

Par un renforcement et un élargissement du tissu social. Ce projet se réalise dans l’adaptation et la restauration personnelle des parents (Orangerie) ainsi que dans les programmes d’enseignement (Séminaire Formation Permanente) et la liaison avec d’autres institutions, en particulier les Centres de Post-Cure et les familles d’accueil. Ces quatre perspectives de travail et de recherche des normes socio-psvchologiques offrent un cadre d’évolution et de questionnement personnel à ceux qui entendent se situer d’un côté ou de l’autre.

Textes de Marie-Eliane Horaist – 1970

 

%d blogueurs aiment cette page :